Imprimer cette page

Préfecture - Main-d'oeuvre en temps de guerre

Critère(s) de recherche: seconde guerre mondiale

1 réponse dans cet inventaire

Fermer le formulaire de recherche

Présentation du fonds

-+
  • Nom du producteur

    Préfecture. Division de la main d'oeuvre. Bureau du service du travail obligatoire
  • Présentation du contenu

    Couvrant la période de 1940 à 1944, ce versement évoque le travail effectué par la population du Morbihan pour les besoins des autorités allemandes que ce soit volontairement ou, plus généralement, par obligation.

    Il se compose de cinq parties organisées pour les quatre premières selon le découpage chronologique relatif à la réquisition de main d'oeuvre. La dernière partie concerne l'aide sociale apportée aux familles de prisonniers.

    Réquisitions françaises en temps de guerre

    Cette petite partie du fonds se compose d'instructions et de correspondance relatives au maintien d'ouvriers dans des entreprises dites "sensibles" comme la distribution d'énergie et les voies de communication au début de la guerre.

    La Relève

    Dès 1942, les Allemands prévoient la réquisition de force de 250 000 travailleurs français pour le compte de l'Allemagne. Pierre Laval proposera à l'armée d'occupation une méthode volontariste : la Relève. Le principe de la Relève institué le 22 juin 1942 consiste à échanger trois ouvriers français partant travailler en Allemagne contre la libération d'un prisonnier français. Cette disposition sera suivie par une vaste propagande de Vichy. Devant l'échec du volontariat, l'état imposera par la loi du 4 septembre 1942 le travail forcé au titre de la Relève pour tous les hommes de 18 à 50 ans et les femmes de 21 à 35 ans ne pouvant justifier d'un emploi utile aux besoins du pays.

    Cette partie regroupe des instructions relatives à la mise en place de ce dispositif, notamment l'ouverture d'un bureau d'embauche à Pontivy, quelques contrats et surtout des recensements de la main-d'oeuvre artisanale utile à l'effort de guerre de l'Allemagne.

    Le service du travail obligatoire (STO)

    Début 1943, il devient difficile de trouver encore des ouvriers qui ne soient pas indispensables à l'économie française. Le Service du Travail Obligatoire (STO) est mis en place en France par la loi du 16 février 1943 et sera en vigueur jusqu'à la Libération. Le recrutement n'est plus catégoriel mais par tranche d'âge. Ainsi, les jeunes hommes français nés entre le 1er janvier 1920 et le 31 décembre 1922 doivent se faire recenser en mairie, avant d'être appelés à partir travailler en Allemagne pendant deux ans. Début 1944, le recrutement au titre du STO est étendu aux hommes nés jusqu'au 31 décembre 1924. Le STO accentuera la rupture de l'opinion avec le régime de Vichy.

    Cette partie regroupe les recensements individuels classés par commune, les recensements par classe d'âge, les ordres d'affectation ainsi que les demandes d'exemption. La rupture avec la population est perceptible puisque les procès-verbaux de recherche ainsi que les listes des réfractaires et défaillants représentent un tiers des dossiers traités . De plus les maires ,qui doivent informer les jeunes requis de leurs prochains départs, manifestent dans une correspondance abondante au préfet leurs difficultés et leur malaise face à ce dispositif.

    L'organisation Todt (OT)

    Créée par Fritz Todt alors ministre de l'organisation et de la production de guerre, cette organisation avait pour rôle de construire les moyens de communication et les structures défensives de l'Allemagne : usines d'armement, abris de sous-marins et lignes de fortification comme le mur de l'Atlantique. L'OT comptait un petit nombre de conseillers techniques et d'architectes mais employait une main-d'oeuvre abondante constituée de travailleurs forcés. Le Morbihan étant un département de la façade atlantique, il participera aux fortifications allemandes pour défendre la "forteresse Europe". L'organisation Todt ponctionnera largement dans la population morbihannaise pour alimenter les chantiers de la zone de Lorient.

    Cette partie est organisée selon la chronologie des réquisitions de plus en plus exigeantes de l'autorité allemande. S'y trouvent les instructions de l'occupant, les états numériques, et comme pour le STO, une correspondance des maires s'alarmant de voir le tissu économique de leur commune s'appauvrir. De nombreux rapports du préfet Marage envoyés à Vichy signalent l'état d'esprit dans le département. Cela n'empêchera pas les allemands de procéder à diverses rafles dont celle de janvier 1944 à Vannes, afin d'obtenir une collaboration plus active des autorités françaises.

  • Mode de classement

    Initialement classées en série M, les archives relatives aux réquisitions de la main-d'oeuvre sont cotées en 17 W en application de la circulaire AD 79-6 du 31 décembre 1979 portant création de la cotation continue en série W. Ces documents furent donc cotés en série M, 2 W puis 17 W. Une  ...  

  • Modalités d'entrée

    Versements de février 1945 et de juillet 1947

  • Modalités d'accès

    Conformément à la réglementation en vigueur, les documents relatifs à la seconde guerre mondiale sont immédiatement communicables.

  • Indexation

  • Descripteurs lieux

    Morbihan
  • Descripteurs organismes

    Préfecture
  • Descripteurs matières

    service du travail obligatoire / guerre / réfractaire / défaillant